«

»

Juil 30

Imprimer ce Article

Le Syndrome du Vendredi

Le syndrome du vendredi, voilà comment j’ai décidé d’intituler cet article remanié en français à partir de l’original,  Is This Your Life, que j’avais posté en anglais il y a deux ans. L’article faisait suite à un épisode de la série Weeds où Nancy donnait une description tristement vraie de la réalité professionnelle d’une grande partie de la population (lire le début de l’article Is This Your Life pour le dialogue de Nancy) Vous savez comment vous vous sentez le vendredi ? Bientôt, c’est le week-end, et au programme de quoi vous réjouir ! Que ce soit : aller au cinéma, diner en amoureux, sortir avec des amis, ou subir un lavage de cerveau grâce à une overdose de télévision… mais vient lundi et vous vous sentez misérable. À peine la journée finie que vous faites de votre mieux pour l’oublier (une bière sur le chemin du retour, un en-cas bien calorique pour vous réconforter, un verre de vin devant la TV…) et ce faisant, vous oubliez la chose la plus importante : vivre ! Vous ne vivez pas, vous passez le temps, ce qui est tout simplement affreux. Maintenant, imaginez que vous pourriez vous sentir chaque jour comme si c’était vendredi ; ne serait-ce pas formidable ?

Vous iriez travailler tout en étant enthousiaste à l’idée de ce que vous avez prévu pour le soir. Les heures passées au travail permettraient d’assumer le quotidien, tandis que le reste du temps serai investi en vous-même. Ce serait mieux bien sûr d’évoluer dans un domaine que l’on aime, mais si ce n’était pas encore le cas, vous pourriez commencer par vous divertir autrement lors de vos « après-journées », en vous donnant la possibilité de faire des choses qui signifient vraiment quelque chose pour vous et qui soutiennent une meilleure qualité de vie au lieu de vous transformer en zombie. Nous disposons tous de vingt-quatre heures par jour, nous sommes tous égaux en ce qui concerne le facteur temps. Néanmoins, nous n’utilisons pas ces vingt-quatre heures de la même façon. Alors que Lucas passe ses soirées et week-ends à regarder la télévision, Marine passe une heure chaque jour à développer sa passion des massages. Deux ans plus tard, elle a suffisamment de clients que pour ouvrir son propre salon. Est-ce que Marine a eu de la chance ? Non, elle a simplement choisi d’investir son temps à réaliser son rêve au lieu de le détruire. Bien entendu, il y a beaucoup d’autres possibilités que le développement d’une activité professionnelle, et le but ici n’est pas de combler le temps de « choses à faire », mais bien de lui donner du sens. Autrement dit, vous permettre d’être la personne que vous voulez être en libérant votre force créatrice !

Trouver le temps OU le Prendre?

Alors, je sais que certains diront « oui mais je travaille huit heures par jour, j’en passe deux sur la route ; quand je rentre chez moi, je dois m’occuper des enfants, faire à souper, … »  Soyons honnêtes, sur une journée de vingt-quatre heures, même en étant dix heures à l’extérieur et huit heures dans votre lit, est-ce que vous passez réellement six heures tous les jours à nettoyer, cuisiner, faire les courses, etc. ? J’ai toujours aimé lire quand je prenais le train. Avant, je lisais Stephen Kings et Dean R. Koontz, ensuite j’ai commencé à lire Dale Carnegie, Catherine Ponder, Deepak Chopra, des livres de développement personnel qui m’ont aidé, et ce encore aujourd’hui, à bâtir la vie que je veux. Ne vous méprenez pas, je peux encore prendre plaisir à lire un bon roman, écouter de la musique, regarder un film ou une série, mais j’essaie de privilégier ce qui sert vraiment mes intérêts plutôt que de me freiner dans mon élan. Si votre rêve est de chanter, commencez par apprendre comment, au lieu de regarder les émissions de télé-réalité en espérant qu’un jour ça sera votre tour.

Vivre avec Intention

Il y a quelques années, j’ai été invitée à une réunion de « Toastmasters » qui réunit chaque semaine des gens désireux d’apprendre à parler en public. Daan, la personne qui m’y avait conviée était lui-même en pleine transformation personnelle. Il venait de démarrer un blog. Un an plus tard, on lui diagnostiquait une forme de cancer mais ça ne l’a pas arrêté ; il écrivait encore sur son blog. Encore au début de l’année 2011, il me disait avoir l’objectif de publier un livre, alors que le mien était en train de naître. Quelques mois plus tard, il nous quittait, mais si son projet est parti avec lui, son message et son intention positive resteront à travers tous ceux qu’il aura inspirés. Vivre avec intention, c’est ça !

Plusieurs personnes autour de moi ont publié leur premier livre cette année ; mon cousin a monté son propre spectacle avec un ami alors que tous deux travaillent full-time; une amie travaille et élève son premier enfant, mais trouve encore le temps d’enregistrer un album ; une autre de s’adonner à sa passion, la cuisine ; et combien de blogueurs  n’ont pas une vie professionnelle et familiale mais prennent le temps de partager leurs passions avec nous. C’est étonnant de voir ce que les gens peuvent faire dans une journée quand ils savent ce qu’ils veulent et qu’ils sont prêts à tout pour y arriver ! C’est ça la vie, votre vie, et il n’y a rien que vous puissiez faire pour être heureux si ce n’est de la vivre. Alors Vivez !

Avez-vous le sentiment de vivre intentionnellement et de donner du sens vos occupations, d’exprimer vos passions? Et si non, qu’est-ce qui vous arrête? Qu’est-ce qui vous aiderait à faire le pas?

 

Ps: L’article étant parti d’un épisode de Weeds dont j’adorais la chanson d’ouverture « Little boxes » et dont le texte est si approprié, voici une vidéo la reprenant dans toutes ses versions 😉

http://www.youtube.com/watch?v=MVyVp0qMpOk

Sur ce, un joyeux lundi 😉

Héloïse

Héloïse De Smet

Code Name : PureNrgy. Sa devise : libre d’être. Sa mission : épanouir le monde un coeur à la fois. Ses valeurs : liberté, responsabilité, authenticité, amour. Ses atouts (à part un charme fou) : sérénité, vision holistique, super coach & thérapeute en épanouissement personnel. Ses armes fatales : état modifié de conscience, reprogrammation mentale & énergétique. Pêché mignon : les mangues.

Lien Permanent pour cet article : http://purenrgy.com/le-syndrome-du-vendredi/

(20 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Nelly

    Bonsoir Héloïse,

    Je sais que tu es trés occupée en ce moment avec ton livre (ce qui est une bonne nouvelle :-)) alors je vais faire trés court (si si je sais faire aussi lol): Comme toujours un super article !

    Il est tellement vrai, tu as bien résumé la situation … on a le choix entre se plaindre que nous n’avons pas assez de temps pour finalement ne rien en faire ou l’utiliser à son maximum pour Vivre sa vie, ses passions ou travailler à faire aboutir ses rêves (sans la garantie d’y arriver mais au moins en écartant tout risque de regrets futurs).

    Ton ami Daan a dû inspirer bon nombre de personnes et de fait, a laissé derriere lui une trace pleine de sens de son passage dans leurs vies … Avant même sa « condamnation », il connaissait le sens du mot Vivre et n’a pas eu à vivre ce si triste refrain « Si j’avais su » … Il savait, il a vécu et a continué de vivre peut etre plus intensement les derniers mois ! Ca me rend triste de voir des gens si « vivants » quitter notre Monde si tôt alors que d’autres qui ont tout (Santé, Famille, Situation pro) ne savent pas quoi en faire ou vivent de maniére « stérile ».

    Bref comme toujours ce billet tombe à pic puisque aujourd’hui j’avais programmé de courir apres le travail puis voyant la pile de travail en retard sur mon bureau (suite au remplacement de ma manager hospitalisée) je me suis dit ce n’est pas raisonnable, et qu’il fallaite mieux rester au bureau ce soir .
    Résultat à 18h45, je regarde ma montre et me dis qu’étant arrivée à 8h j’avais déjà fait une journée correcte que rester plus tard ne m’apporterait finalement pas de satisfaction personnelle, ni de reconnaissance … j’ai donc tout rangé en 5 minutes. Arrivée à la maison, la pluie commençait à tomber, j’en ai conclu que mes 2 anges gardiens estimaient que j’étais trop épuisée pour aller courir et que la pluie était leur façon de me le faire comprendre.
    Au final, j’ai pu profiter de ma soirée avec un repas tout prêt (j’en avais tellement fait trop ce week end !) et une soirée télé J.O (la 2eme d’affilée et ce depuis des semaines voires des mois). Et cela a suffi à me rendre heureuse.

    Tout ça pour dire que Vivre peut prendre plusieurs formes, en fonction de la personne, du moment, des événements mais cela doit apporter le même sentiment de plénitude, celui d’être soi !

    Alors juste merci d’avoir pris le temps de nous rédiger un super billet qui nous rappelle combien nous sommes chanceux d’avoir 24h/jour (même si je me plains souvent que ce n’est vraiment pas assez lol).

    Bon bah ce n’est pas cette fois que je te prouverai que je peux faire court (maybe next time :-)).

    Nul besoin que tu prennes le temps de répondre, c’était juste pour te faire un petit coucou et te remercier.

    Bon courage pour la fin de ton livre, j’espere que tu en vois le bout et que tu y prends du plaisir !

    Take Care & Good night 🙂

    Nelly

    1. PureNrgy

      Merci Nelly pour ton commentaire et partage, ça me fait toujours plaisir de te lire et, rassure-toi, tout feedback est le bienvenu 😉

      Tu l’exprimes très bien d’ailleurs, et c’est chouette que tu arrives à prendre du temps POUR TOI et te mettre au 1er rang! J’adore, c’est si vrai, « Vivre doit apporter le même sentiment de plénitude, celui d’être soi ! »

      En ce qui concerne nos amis les morts (ou devrais-je dire les Vivants? ), j’aimerais te partager le début d’une lettre que j’ai écrite à cette amie dont je parlais en Juin et qui nous a quitté la semaine passée: « Je ne crois pas en la mort, je crois en la vie éternelle, car notre conscience est pure énergie et l’énergie ne s’éteint pas. Elle circule, elle voyage, elle prend peut-être une nouvelle forme, mais elle ne meurt pas. La preuve en est que tu peux te souvenir de quelque chose qui s’est passé il y a des années comme si c’était hier, tu peux penser à quelqu’un et sentir sa présence comme s’il était à tes côtés. Alors, même dans ces moments douloureux que tu vis, je sais que ce n’est pas la fin, oui celle de la peine, mais pas de qui TU ES ! Car tu es et resteras toujours dans mon cœur et celui des tiens. … »
      Qu’est-ce que la mort si ce n’est la fin d’une chose et le début d’une autre… Peu importe le nombre d’années, le temps n’existe pas pour ceux qui savent Vivre, et c’est ainsi qu’ils nous inspirent, qu’ils soient ici ou …ailleurs 😉

      Au plaisir de te rencontrer « en vrai » Nelly! Bises et bonne nuit,
      Héloïse

    2. PureNrgy

      Ps: ah oui, pour le livre, oui je vois la fin (et le commencement) et j’adore! En fait 90% environ ont été écrit en 2011 sur base de notes qui datent, de mon blog, etc. mais le dernier chapitre a été revu en Juin et maintenant je relis et corrige. Ensuite il sera relu par quelqu’un du métier, et je devrai voir l’aspect couverture et technique (là c’est moins amusant) comme j’ai décidé finalement de l’éditer moi-même. J’avais une offre d’une maison d’édition fin 2011 mais je crois que c’est mieux de garder mes droits 🙂 Peut-être me feras-tu l’honneur de le lire aussi avant édition? j’aurai ainsi un avis objectif sur le contenu et vu que tu as aussi maintenant l’expérience « écriture » avec « Libres! » … Ton article par ailleurs est excellent, figure-toi que c’est le 1er sur lequel je suis tombée en ouvrant le livre et j’ai voulu le lire en 1er. Tu reprends en fait des idées exprimées dans le début (que je suis occupée à lire) MAIS en bien plus simple je trouve! Au début, je me demandais où tu voulais en venir mais à mi-chemin, j’étais « ah oui », « ah oui, c’est vrai aussi! », … et tu as eu tout fait raison d’avoir poussé pour que le sujet soit inclus dans « Libres! » Bravo!

      1. Nelly

        Héloïse,
        Tout d’abord, je suis triste pour toi que cette amie t’ait quittée …. Même si comme, tu le lui dis dans ta lettre, elle restera dans ton coeur, perdre un être cher est toujours douloureux pour ceux qui restent. Ne plus entendre leur voix, ne plus pouvoir partager et échanger avec eux, les serrer dans nos bras …. Bref, ils nous accompagnent, nous les portons en nous, mais c’est l’absence phyisque qu’il faut apprendre à gérer chaque jour.
        J’avoue que j’ai depuis toute petite un profond rejet des religions pour de nombreuses raisons (que je t’expliquerai un soir où il sera moins tard :-))et par conséquent pour moi la mort signifiait la fin … je n’envisageais pas d' »après » . Aujourd’hui, je suis moins catégorique et admet volontiers que nos morts veillent sur nous … je sens leurs présences, je les vois à travers d’autres êtres vivants, à travers le souffle du vent… Bref, je ne l’explique pas, et ne cherche pas à le faire, mais il existe un état après la Vie.
        Je reviens brutalement à ton livre juste pour te dire que c’est avec plaisir et interet que je lirai ton oeuvre avant édition bien que mon expérience « écriture » comme tu l’appelles soit limitée à mon article dans LIBRES ! et quelques mémoires professionnels lol 🙂 Mais étant donné le plaisir que j’ai à lire tes articles sur Purenrgy, je suis sure que cela me pasionnera tout autant !
        Pour l’auto édition, même si cela demande plus d’investissement perso et de tracasseries administratives, je pense que tu as raison de te lancer dans cette voie … les éditeurs sont aujourd’hui à côté de la plaque et n’apporte plus de plus values aux auteurs (Ulrich a pu le ocnstater lors de ses démarchages) puisqu’ils n’ont pas réussi à se remettre en question et évoluer avec leur temps.
        Je suis heureuse que tu sois tombée en 1er sur « Lutter contre la misére » (il n’y a pas de hasard m’a t-on dit récemment :-)) et qu’il t’ait paru simple d’accès car je voulais justement qu’il réponde à la criitque la plus fréquemment faite au libéralisme qui est de: « laisser crever » les gens- c’est ainsi que c’est la plupart du temps formulé, de manière -volontairement- violente et provocatrice. Et pour moi qui ait à coeur de prendre soin des autres, cette critque est vraiment blessante et injustifiée car c’est dans ma situation actuelle que je me sens égoiste en participant de force à un systeme étatique dans lequel je ne gere rien. Bref, cela me rassure que tu aies vu toi aussi un sens à ce sujet dans LIBRES!
        A trés vite et si un jour (prochain ou non) se présente l’occasion de se rencontrer, ça sera bien entendu avec bonheur !
        Allez je file me doucher car le réveil va sonner dans moins de 5 heures … heureusement j’ai mes cachets de spiruline et la caféine à disposition toute la journée 🙂
        Bises et Douce nuit à toi.
        Nelly

        1. Coucou Nelly,

          Merci, mais ne le sois pas, dans le cas présent je ne la voyais plus depuis longtemps et donc ma visite à l’hôpital fut une belle surprise pour elle et je suis heureuse que nous ayons eu la chance de nous revoir 🙂
          L’absence physique est en effet ce qui fait mal lorsque l’on perd un proche.
          Rassure-toi, pas besoin de croire en une autre religion que la sienne, pour envisager une vie sans fin, une vie après la vie. Selon moi, il s’agit simplement d’une autre forme de vie. Après tout, ne sommes-nous pas faits d’énergie? Or, « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » disait Lavoisier… Et ce n’est pas parce que quelque chose est invisible à NOS yeux, qu’il n’existe pas…
          Je suis contente que tu puisses le voir ou le ressentir, on se sent moins seul du coup 😉

          Ah, formidable! Et merci! Je suis sûre que ta lecture sera productive, j’ai l’aide de ma Maman en ce moment et puis j’aurai une autre personne du métier, mais je voudrais quelqu’un pour juger du fond, tu me rends un grand service! J’apprends par expérience qu’écrire un livre représente la tâche facile, 20% du travail je dirais, par contre relire/ré-écrire… c’est autre chose! Et je ne pense même pas encore trop à l’édition, la couverture, la campagne marketing, etc.

          Très juste! Je n’avais pas pensé à ce point de vue mais comme tu le dis, on est plus « égoïstes » en étant forcés à participer à un système qui décide quoi faire de nos ressources. (Bien sûr, je vois l’égoïsme dans son sens éthique, mais c’est rarement le cas 😉 à ce propos, as-tu fini La Grève? Après, lis La Source Vive, c’est une merveille!!!

          Oui, oui, nous nous rencontrerons!

          Merci de prendre le temps de me lire, et surtout de commenter, de partager tes idées 🙂

          Bises et bonne nuit ou…bon lundi!
          Héloïse

          Ps: je t’enverrai le manuscrit ou bien les 1er chapitres d’ici la fin du mois.

          1. Nelly

            Bonsoir Héloïse,

            Désolée d’avoir trainé à répondre plus qu’à mon habitude mais là j’ai plus de vitesse supplémentaire à passer et ça ne va pas encore assez vite 🙂

            J’aime beaucoup la phrase que tu cites de Lavoisier, je la cite moi meme souvent au quotidien et dans des tas de sujets ou situations différentes. C’est simplement parcequ’elle est vraie qu’elle se vérifie si souvent.

            Pour la lecture de ton manuscrit, c’est sincerement avec plaisir que je le ferai. Et ça sera d’ailleurs certainement, ma seule lecture du mois car pour répondre à ta question, La Greve est en stand by sur ma table de chevet depuis le retour des vacances. La dernière fois que j’ai voulu en reprendre la lecture au moment du coucher (donc minuit passé voire peut etre 1h), je n’ai meme pas eu le temps de tendre la main pour l’attraper que mes yeux se fermaient tout seuls et je sentais que la lutte était vaine. Pourtant ce n’est pas l’envie qui me manque … juste l’énergie.

            Tu as tout à fait raison concernant ton manuscrit, l’écrire c’est le plus agréable, tu laisses aller tes idées comme elles viennent, c’est un acte assez spontané et naturel pour toi je pense, une création artistique épanouissante.
            En revanche, la suite est plus pragmatique, il faut réussir à faire correspondre tes envies, l’esprit que tu veux donner à ton oeuvre finale avec des impératifs techniques, financiéres, etc.
            Pour vivre de prés l’aventure de Libres !, je crois que la phase promotion est une des plus laborieuse … c’est un travail de titans sans garantie de retour mais il faut y croire à 200% pour réussir à convaincre les médias /réseaux et obtenir leur aide indispensable pour toucher tes futurs lecteurs.
            Donc écrire un livre effectivement ne s’arrete pas à sa relecture … mais je sais que tu as les ressources en toi pour mener ce projet à son terme avec succés. Et d’apres ce que je comprend l’aide de ton entourage proche (c’est important).

            Bon cette fois, je file me coucher car demain j’ai prévu une grosse session cuisine le matin (4 desserts dont les flapjacks agave-huile de coco :-)) et apres les shootings photo correspondants.

            Bon courage et bonne nuit Héloïse.

            Take care 🙂

            Nelly

            1. Heloise

              Merci Nelly 🙂 (je prends un break d’écriture pour passer mes mails en revue, d’où ce type de messages manifestement oubliés, sorry!!!)

  2. Une porte sur deux continents

    Bravo pour ton super article qui me rejoint encore une fois ! 🙂

    Pour moi, vendredi ou lundi ne signifie rien ni prendre des vacances, temps mort/temps de travail, etc.
    Mes occupations professionnelles correspondent à mes passions et mes intérêts. Comme je travaille en indépendante, je dispose de mon temps comme je le souhaite. Loisirs et travail ne font qu’un, avec bien sûr certaines obligations, mais sans la sensation si horrible d’être prise au piège.

    Bref, je mène la vie que je souhaite; une vie dominée par la quête du bien-être et non de l’argent.
    Le temps, c’est de nos jours le vrai luxe à mon avis et c’est malheureux de le gaspiller dans des activités qui ne nous plaisent pas. Cette vie, je l’ai construite, elle n’est pas arrivée d’un seul coup, mais au fil de mes choix et je crois que c’est à la portée de tous. Il suffit de revoir notre façon de penser les choses. Je ne comprendrai jamais par exemple les personnes qui choisissent un travail pour le salaire, alors qu’elles devraient avant tout se demander si elles vont si plaire. Ces personnes vivent comme si elles avaient toute la vie devant elles, alors que ce n’est hélas pas le cas…

    Bonne semaine et à très vite,

    Nathalie

    1. PureNrgy

      Merci Nathalie! Les grands esprits se rejoignent toujours, d’une façon ou d’une autre 😉

      Exactement ma pensée, lundi ou vendredi, quelle différence. Je suis heureuse que tu travailles pour toi et réalises tes passions, car, comme tu le dis si bien, c’est vivre « sans la sensation si horrible d’être prise au piège ». Un sentiment terrible que pourtant trop de gens ressentent!

      Avec la quête du bien-être, vient souvent la prospérité, financière aussi. C’est l’argent pour l’argent qui piège l’individu, alors qu’il est une conséquence mais pas une fin en soi.

      C’est très juste ce que tu dis là, j’aime bien ta façon de l’exprimer! « Le temps, c’est de nos jours le vrai luxe à mon avis et c’est malheureux de le gaspiller dans des activités qui ne nous plaisent pas. » Je crois que je vais insérer cette idée dans un des chapitres de mon livre, si tu es d’accord? Je suis en train de le relire donc je lui trouverai une place!

      Quand j’ai terminé mes études d’assistante sociale, je comptais suivre une licence en sciences de la famille & sexologie à l’université grâce à une passerelle qui m’évitait de devoir faire les 3 1ères années d’université. J’ai réussi l’examen d’entrée, j’étais super motivée, et puis j’ai commencé les cours et…ça ne me plaisait pas, c’était encore des vieux discours de psycho, rien de neuf! Bref, j’ai arrêté après 1 mois et j’ai suivi une formation non-reconnue en thérapie brève, hypnose, etc. étalée sur deux ans: bien plus intéressant que la licence! Alors que je cherchais un emploi durant cette formation, je vois une offre pour une assistante sociale qui aurait fait cette fameuse licence d’université, j’aurais gagné le double d’un salaire classique! Quelqu’un m’a dit, oh si tu avais suivi cette licence… : aucun regret!!! je fais ce que j’aime et le reste viendra!
      Après 2 ans et demi dans le social, j’ai dis stop, et là idem, aucun regret! Certains ne comprennent pas mais c’est Ma Vie 😉

      Tu devras une fois nous dire ce que tu fais, je suis curieuse maintenant 😉
      Bises, bonne soirée!

      Héloïse

      1. Une porte sur deux continents

        Je suis bien contente que nous partagions la même façon de penser et je n’ai hélas pas souvent l’occasion de rencontrer des personnes comme toi !! Donc je suis ravie chaque fois de te lire et d’échanger avec toi ! Tu peux bien sûr insérer cette idée dans ton livre que j’ai déjà hâte de lire.

        Ton parcours est inspirant et tu as bien raison de n’avoir aucun regret. Je le répète, l’important dans la vie c’est la quête du bien-être; pour nous c’est une évidence et ce serait bien que plus de personnes s’en rendent compte !

        Mes activités se résument essentiellement à l’écriture et des projets artistiques; je pourrais t’en dire plus long un jour en privé…

        Bises et très bonne soirée à toi aussi ! 🙂

        Nathalie

        1. Merci Nathalie (et désolé pour ce long silence)
          C’est vrai qu’il faut les trouver, ces personnes qui partagent notre façon de penser et Internet avec les réseaux sociaux et les blogs sont une merveille à ce niveau 🙂

          Super! Je te tiendrai au courant pour le livre, je suis en pleine relecture et révision, c’est assez lent mais peu importe, c’est passionnant! Ainsi tu écris aussi, ceci explique cela 😉 Si tu exposes ou publies, dis le moi, je passerai le message via mes réseaux alors.

          Si tu visites à nouveau l’Europe, tu devras me faire signe 😉

          Bises et bon dimanche,
          Héloïse

  3. James

    You’re Right, Great Article.

    In my 20’s, I was in a long relationship with someone that didn’t support any of my dreams… I stayed with her anyway, because I loved her, but basically I went into a grey kind of cloud during this time… I was depressed, and uninspired…

    On a positive note, I did do well at work, and made good money… But, like you say, basically all this meant was eating out a lot to counter the sadness of not following my dreams.

    At 28, seeing I was depressed, she suggested that I start to do « Theater » again, as I had done several years of it in my teens…

    « Shakespeare » to be more specific… I got involved with a production of « Hamlet », and I was alive again… Sadly during the following year, the girl I was with had started an affair, which may have been the reason she encouraged to join the theater group.

    Our story ended badly, but mine was good… I did « Hamlet », and the following year « Measure for Measure » within a different group.

    When I separated from that relationship just before the age of 30, I realized, I was « Free »… Free to pursue all the Dreams I had put aside.

    The first thing I did was buy an Acoustic and Electric Guitar, started Writing Songs, and Started an Emotional Rock Band…

    It was just awesome… One year later, I left the « Good Paying » job, moved near my brother, and started to pursue Film Making… I’ve never looked back, and live every day like it could be the last…

    I shifted from Film Making, to Screenplay Writing, no now Novel Writing… And I’m the happiest I’ve ever been.

    Your Words are dead on… I lived like a Zombie for 10 years, and then attacked my Dreams with ferocity ever since… But I would suggest, that you don’t do it my way… That you instead incorporate small steps of your Dreams into your everyday life.

    On a side note, Weekends have started mentally for me for years… Even when I was in Corporate America, mentally, they started on Thursdays… I would change down to 2nd Gear, and Coast through Friday… Thus Creating a 4 day weekend in my mind.

    Once I got out of Corporate America, I decided, no more working on Mondays… So if my Weekend are busy, I take it easy on Monday these days… I don’t make as much money, but definitely have peace of mind.

    I read Depak Chopra as well, 7 rules of success or something like that… He is awesome.

    DJ-

    1. PureNrgy

      Hey James,

      I’m back from my « train trip » 😉

      Love the way you see it « Our story ended badly, but mine was good… » There’s nothing worse than being in a relationship with someone who doesn’t support your dreams. Well, actually there is and that is= not supporting your own dreams! which btw too many people are doing and that’s just awful!
      And when you put an end to it, it feels so right, so good, but more than anything, just like you said, you feel FREE! Haaaa who knew break-ups could bring so much good in one’s life, right 😉
      Been there, done that, and the feeling is so amazing and strong that it’s actually difficult to be in a new relationship or stay in one because you wanna hold on to this feeling.

      So it was a great experience for you : ) and I’m glad you went trough it, otherwise you might not have been who you are today (and I wouldn’t get the chance to read your stories!) 😉 and you’re HAPPY, isn’t that awesome!

      Well, in my case, it’s a bit late since I just did that Lol. I was 1000% committed to my dreams, on a few years time, I grew on a personal level like never before, I met amazing successful people from all over the world …and I kinda lost myself a little in the process, then realized what I was missing and that’s how I came back to writing last year. Just like you, the money isn’t as good but once you’ve had a taste of Personal Freedom, you can’t go back. But since I’m also realistic, I’m trying to include a part of the « paying the bills » kind of work into the mix. So sometimes, 24 hours a day seems quite short, lol.

      I like working on Saturday’s so mostly I take the Friday’s afternoon off and/or Monday’s morning, depending…

      Yep, that’s it, The Seven Spiritual Laws of Success, great book. I prefer Catherine Ponder on this subject but Chopra is good!

      Thanks for sharing 😉
      H.

  4. James

    *Weekend have started Thursday mentally for me for years

  5. Fabrice

    Coucou ma p’tite Belge préférée, pour une fois je ne te laisserai pas un roman. J’ai beaucoup apprécié. C’est si vrai. Il suffit de se donner les moyens, d’y croire et de se battre. Je citerai ce petit extrait de la rue ketanou :  » La chance elle est comme ça,
    Elle aime qu’on s’occupe d’elle
    Qu’on lui tende les bras
    Qu’on lui dise qu’elle est belle

    Qu’elle soit trèfle à quatre feuilles
    Ou de l’or dans la rivière
    La chance elle se cueille
    Avec les yeux grands ouverts  »

    @ bientôt

    1. Coucou Fabrice,

      Ton commentaire était bloqué dans les spams, sorry!
      Merci du partage, j’aime beaucoup ce texte, ça m’a donné des frissons rien que de le relire, c’est tellement vrai! J’adore « Avec les yeux grands ouverts » 🙂

      Bon dimanche!

  6. hannah@technique Tipi

    Bonsoir Héloïse,
    Je suis moi aussi passée à la semaine des 4 vendredis.
    Je ne regarde pas la télé mais j’ai quand même du mal
    avec seulement 24 heures par jour.
    Ou je suis devenue moins productive ou j’en fais trop
    mais j’ai la sensation de manquer de temps bien que je
    ne fasse que ce que j’aime.
    Tu peux m’expliquer?
    hannah@technique Tipi Articles récents..Et s’il fallait choisir entre chercher l’ame sœur et reussir sa vie de couple ?My Profile

    1. Bonjour Hannah,

      Je te comprends parfaitement et je remarque que nous tous passionnés trouvons souvent qu’il nous manque du temps, alors que d’autres s’ennuient et « tuent le temps » à ne rien faire!
      Je crois que c’est justement parce que l’on fait ce que l’on aime que nous avons cette sensation, car nous voudrions pouvoir en faire encore plus, tu me suis?

      Peut-être qu’en oubliant ce concept humain du temps, des heures et des minutes, et des jours, et en vivant au moment même (sans se préoccuper d’hier ni de demain), on serait plus zen à ce niveau. Par exemple, au lieu de me dire « ohlala il est déjà 22h et je n’ai pas fini ce chapitre, et je voulais temps qu’il soit fini pour aujourd’hui », je peux me dire « j’ai déjà bien avancé, maintenant je prends une pause/je vais dormir et je continuerai ensuite ». Quelle différence entre « aujourd’hui » et « demain »? Ne suis-je pas plus loin que je ne l’étais auparavant?
      Parfois on se met des limites et des ultimatums (et parfois c’est nécessaire!!!) alors qu’on devrait surtout privilégier le résultat et l’acte même avant d’y arriver.
      Et l’on pourrait juste réserver « le temps » pour ce qui le requiert (planning, horaires à respecter, rendez-vous, etc.)

      à méditer 😉 bon dimanche!

  7. Sylvie, enfin moi

    Un excellent article, effectivement quel bonheur de se sentir tous les jours comme le vendredi. Pour ma part je trouve que le temps file trop vite, j’aimerai qu’il ralentisse sa course…
    Bon WE

    1. Merci Sylvie 😉
      C’est manifestement le sentiment de plusieurs ici et je crois que cela est lié au fait que nous sommes passionnés, dès lors le temps file car on ne s’ennuie pas! Ma réponse à Hannah ci-dessus sera complémentaire 😉
      Bon dimanche, à+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cochez cette case pour qu'un lien vers votre dernier article apparaisse